ReSeed est tant une méthodologie qu’un outil d’aide à la décision patrimoniale qui s’appuie sur une chaine de valeur (critères de confiances). Ainsi, grâce à l’intégration numérique de connaissances hétérogènes, il est possible d’envisager d’utiliser ReSeed pour faire des analyses comparatives : Esthétique, Unicité / Représentativité, Ancienneté, Rareté, Régime de protection (droits et devoirs)…

L’analyse des objets patrimoniaux des cas d’études de partenaires a permis de définir l’ADN des objets. Combinant une vue produit et une vue processus, le méta-processus ReSeed décrit les objets manipulés et les activités disciplinaires menées. Le schéma suivant décrit la méthode générique en 4 étapes avec des sous-processus pluridisciplinaires identifiés.

Processus générique ReSeed

Afin de valider l’ensemble de la démarche, la méthodologie proposée s’appuie sur les critères de valeur du patrimoine qu’il a fallu définir et clarifier en passant d’une définition qualitative à des contraintes quantitatives :

  • Intégrité (De composition, Structurelle, Fonctionnelle)
  • Authenticité (Ancienneté / Authenticité perçue / Posture adoptée face à l’objet)

L’outil technologique ReSeed a comme finalité d’être un outil d’aide à la décision patrimoniale grâce à l’intégration numérique de connaissances hétérogènes. C’est un outil virtuel qui remplace un catalogue « papier » (par un outil de recherche et non pas une base d’inventaire) : il est défini comme de la « Réalité Historique Augmentée ».

D’un point de vue opérationnel, l’outil ReSeed se décline en un monde virtuel vierge dans lequel des briques légo sont mises à disposition (pour permettre la manipulation du nuage points 3D, l’ajout de sémantique…). Il permet entre autre de disposer d’une vue métier, d’une vue outils par l’intégration d’un corpus de données hétérogènes… Notons que plusieurs outils informatiques / plugins seront créé mais ReSeed ne prétend pas tout couvrir l’ensemble du processus ; de plus il n’est pas question de « remplacer » l’expert du patrimoine ou l’historien.

Plusieurs déclinaisons sont envisagées : « ReSeed App » avec version publique, version pro et plusieurs outils couteau suisse : « ReSeed Eye », « ReSeed Snap »…

De même, afin garantir l’authenticité de la donnée numérique, nous adaptons le concept de la blockchain à notre projet. Il permet de tracer l’utilisation d’une source et ses modifications. L’outil numérique devient en lui-même le certificat d’authenticité : c’est « ReSeed Blockchain ».

Un tel postulat technologique a amené l’équipe à s’interroger sur plusieurs problématiques pour lesquelles les attentes/objectifs du cahier des charges de l’outil ReSeed sont complexes. Entre autre :

  • Quelle infrastructure et architecture informatique créer ?
  • Quel langage concevoir : une ontologie dédiée ?
  • Définition des fonctionnalités souhaitées/attendues ?
  • Quelle forme pour cet outil ?

La figure suivante détaille les fonctionnalités de la technologie ReSeed selon les points de vue :

  1. l’expert… (représenté symboliquement par l’Homme dans le schéma)
    • peut ajouter des infos, créer des liens sur le corpus (textuel et 3D)
    • étudier et commenter son analyse pour créer un récit historique
  2. le public… (représenté symboliquement par la Femme dans le schéma)
    • peut voir/consulter des infos (accéder aux sources)
    • en faisant varier les paramètres temps et espace
    • en se mettant à la place de l’expert pour suivre son récit
  3. L’outil ReSeed est le « couteau suisse » du patrimoine 
    • il intègre les multi-dimensions : spatiale, temporelle, granularité, sémantique…
    • il capture et structure les données hétérogènes tant pour l’expert que le public = garantie l’intégrité
    • il intègre un système de certification et traçabilité des données numériques hétérogènes et du récit (mise en relation des données) = garantie l’authenticité
    • il s’adapte à tout type d’Interfaces Homme-Machine = dalle tactile, tablette en RA, casque en RV, ordi standalone… 
Schéma des possibilités de notre technologie